Se connecter, c’est tromper ?

Je ne porte pas une attention permanente à tout ce qui m’entoure.

Si tu m’as déjà vue fouler les pavés parisiens, tu sais que je sors rarement sans mes lunettes noires, ni le casque qui me permettra de caler mes pas au rythme de mon kif musical du moment (et si je trace, c’est que j’écoute Carbon Kevlar), tout en ignorant les élucubrations et râles de mes voisins de métro.
Je ne lève pas souvent le nez, ça me permet de compter les ronds de chewing-gums écrasés, ou de scruter les chaussures de mes congénères selon l’humeur. Tu imagines bien que j’ai bondi hors des miennes en relevant le museau pour tomber nez à nez avec non pas UN 4×3, mais un quai ENTIER placardé de cette affiche : 
Mes ex camarades de l’ISCOM ne manqueront certainement pas l’occasion de me tomber dessus pour me signifier que « hanlala mais t’es à la masse ou quoi ? C’est déjà la quatrième vague, pff, faut suivre ! » – Oui, ben j’y suis plus, moi, dans la pub, je ne lis plus Challenges et Stratégies, et je ne suis pas au fait des dernières agences hyper tendance, ZUT.
 

Ce qui m’a instantanément sauté aux yeux, c’est l’incohérence de leur axe de communication. 

À la lecture de l’accroche, j’ai d’abord cru à un genre de site de surveillance conjugale (cela dit, le WTF occasionné m’a poussée à m’intéresser de plus près à l’annonce – pari réussi ?). Puis j’ai lu le contenu de la pastille – futée, je respecte le sens de lecture, eh ouais – et me voilà les yeux écarquillés sur un quai de métro, à décrypter tant bien que mal ce machin rose dont j’espère que le graphiste était un stagiaire de première année. 
Donc ok, admettons que l’accroche et la pastille soient cohérentes. Quel est le message ? « Il est 18h, tu crois que ta femme est en réunion mais cette foutue garce est sûrement en train de se faire troncher par l’autre couillon de la compta qui lui tourne autour depuis 6 mois, certainement grâce à / à cause de ce site. » … ? Et donc … quoi ? Il faut vite se venger en s’inscrivant à son tour sur Ashley Madison point com… ? Mais…je…. hein ?!

Soit cette annonce est complètement foirée, soit je n’ai rien compris. 

Partons du principe que je n’ai rien compris. Imaginons que cela vienne simplement du fait que je ne fasse pas partie de la cible. Du tout, même : non seulement je ne suis pas mariée, mais en plus je suis fidèle. (QUI A DIT « Fidèle à ton célibat… » ??) 
Au-delà de l’aspect « piste mal exploitée », et sans même analyser le fait que l’on pointe (encore) la femme du doigt dans cette annonce et que merde-à-la-fin, il y a tout ce côté « Tromper c’est trop gégé, assumez ! – Viendez baiser sur les internets c’est trop chouette ! » qui me fait grimacer.

Je ne me leurre pas, je sais bien que derrière toute offre se cache une demande, et que les Ashley Madison de ce monde ne font que surfer sur une tendance sociétale. Seulement j’ai toujours trouvé un peu nul d’aller se taper une personne mariée et je condamne vivement la tromperie, surtout avec préméditation. De toute évidence, les gens mariés n’ont pas attendu Ashley Madison ou Gleeden pour tromper leur conjoint par le biais d’une rencontre online, seulement de là à l’afficher publiquement et avec les encouragements du jury ? 

 

Je te vois avec ton sourire un peu réprobateur, à me prendre pour une réac’ qui ne comprend rien à la modernité dans le couple. Tu te trompes. Je respecte tout à fait la polyamorie, le libertinage ou l’échangisme, chacun gère son couple comme il l’entend. Ce qui me froisse, moi, ce sont les manigances et les mensonges. Les modes de vie que je viens d’énoncer se vivent et s’acceptent à deux (et plus si affinités, du coup) – si tu approuves le fait que ton mec ou ta meuf aille voir ailleurs sous certaines conditions (ou aucune, après tout hein !), ça ne regarde que vous. Si en revanche ton conjoint te promet exclusivité et orgasmes pour aller les refiler à une autre dès que tu as le dos tourné, selon moi, ça le fait carrément moins.

En fait, ce qui me fait vraiment chier dans ce concept de rencontres, c’est le fait d’aller chercher l’aventure délibérément. Qui plus est avec quelqu’un d’également marié. À une époque où, si ton mariage ne te satisfait pas, tu as le droit de t’en défaire. 

 

Je suis relativement convaincue de l’impossibilité de ne vivre et de ne coucher qu’avec une seule et même personne toute sa vie.  

Je pense qu’à n’importe quel moment, on peut faire une rencontre qui nous fera vibrer et que ni moi, avec mes grands principes, ni personne n’en est à l’abri. Ne va pas croire que ça me réjouisse, je suis simplement réaliste. 

Mais entre gérer une rencontre qui fera basculer une relation, et se connecter discrètement à un site pour aller dénicher un nouvel organe sexuel avec lequel faire joujou, la nuance est claire. Le premier cas implique une bonne gestion dans l’instant, on n’est pas obligé de mener une double vie, tout le monde peut avoir un moment de faiblesse. Le second, en revanche, dénote un fond nettement plus sournois et moche : réorganiser sa vie dans le but unique et délibéré de tromper la confiance de son mari ou de sa femme pour se prouver je ne sais trop quoi. 

En réfléchissant à la question de savoir quel intérêt les gens mariés pouvaient bien avoir à chercher ce type de relation, la seule explication qui m’est venue tend vers l’aspect « discrétion ». Quoi de mieux pour ne pas se faire griller qu’un(e) partenaire dans le même cas de figure ? Quel(le) amant(e) sera plus à même de rester à distance et de ne pas virer psycho-bitch qu’une personne qui a autant à perdre que soi ? Raisonnement distingué.

À l’heure où certains prônent un modèle familial absolu en rabâchant des doctrines soit disant idéales, je trouve tout même particulièrement hypocrite de voir ce genre de communication encourageant l’adultère (bien hétérosexuel, pour le coup) placardées partout, tranquilles.
Certainement un nouveau coup des lobbys èlgébété.
Publicités