Dimanche pileux, dimanche heureux !

Ce matin, le soleil a brillé. Chat est venu ronronner contre mon visage pour me réveiller et j’ai lancé Twitter (mon addiction va bien, merci). Et comme souvent, je suis tombée sur un truc qui m’a fait regretter une connexion si matinale. Au menu du jour : un billet traitant de la  pilosité pubienne féminine. Allons bon. Je ne dis pas que ce sujet ne peut pas être traité intelligemment, je dis que là, c’est du gros caca en barres servi par caisses de mille.
Mais ça faisait un moment que j’avais envie de poser ma réflexion à ce sujet sur papier (enfin écran), et je remercie donc ce bloggeur présomptueux de m’en donner l’occasion. Un ramassis de conneries aussi massif ne peut pas rester dans l’ombre, non non, je vous en fais profiter, le partage c’est important !
On y va ?

Tiens et si pour réveiller un peu ce blog, j’écrivais un article à propos de la chatte des filles ? Ne fais pas semblant de dire non non non d’un air faussement puritain. Il ne sert à rien de le nier, les gonzesses ont un sexe et ça les travaille tout autant que toi et ta petite zigounette.

Euh, alors déjà, non. Je n’ai jamais comparé la taille de mes lèvres avec celles d’une copine (pas depuis ma puberté du moins, quand je me demandais si c’était normal et si j’étais la seule à développer des extensions de chair), le clitoris n’est pas vecteur de puissance ni d’invalidité, personne ne dessine de vulve sur les murs (mais on y travaille) et aucune femme n’a jamais menacé qui que ce soit avec son organe génital.
Je note par ailleurs que dans ce texte, l’homme s’adresse à l’homme ; ça promet. Poursuivons.

Si on ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas non plus son genre. Et le fait de naître avec ou sans queue influe sur toute la suite de ton parcours. Bon, les féministes au fond, vous vous calmez, j’explique et après on discute. Tous les métiers doivent être accessibles à tous et tous les rôles à chacun. En aucune manière le genre ne doit prédisposer à quoi que ce soit. Ça va comme ça ?

C’est un raisonnement un peu binaire mais merci de ta condescendance, on apprécie. <3

Il me semble que nous sommes enfin à une période où les choses, dans la société, changent. Et là où elles ne changent pas encore, la pression s’exerce pour les faire se bouger. Ce n’est pas encore une généralisation mais on assiste bien à une montée en puissance des femmes en tant que décideuses. Il était temps que soit reconnu que, bien que dépourvue de pénis, la femme est capable d’un tas de choses.

Ce dessin vous est offert avec grâce, douceur et féminité.

Trop aimable. Par contre pour « la montée en puissance des femmes en tant que décideuses », on repassera. Oui, on trouve désormais des femmes dans des domaines d’activités longtemps réservés aux hommes, mais je rappelle quand même qu’en France, les femmes n’ont le droit de voter que depuis 50 ans, que les hommes gagnent en moyenne 31% de plus que les femmes (tous temps de travail confondus) et que les femmes restent minoritaires en politique, tandis que les hommes sont plus que majoritaires du côté des dirigeants d’entreprises. AH LA LA C’EST UNE SPECTACULAIRE MONTÉE EN PUISSANCE MONSIEUR MONFORT !
On devrait apprendre à se contenter de ce qu’on a, c’est vrai, la pression autour de ce sujet est omniprésente, la bien-pensance nous envahit, poil au kiki.

J’ai posé le contexte,

Et avec brio.

voici maintenant le cœur du sujet :

Brace yourselves !

pourquoi les filles d’aujourd’hui s’épilent la chatte ?
On a hâte de le savoir après une introduction aussi réussie.
Quand le phénomène a commencé à se généraliser, j’ai été sincèrement déçu de lire ici ou là, sous le clavier de quelques copines très engagées dans un combat de libération de la pauvre femme étouffée par des siècles d’infamie masculine, des arguments d’une bêtise crasse. Celle-ci par exemple qui m’expliquait que l’homme, une fois de plus imposait au corps de sa victime un nouvel outrage.
 Mais comment croire que les post adolescentes de 2013, éduquées et élevées dans ce bain sociétal de la montée des femmes au pouvoir, puissent ainsi se laisser manipuler ? Peut-être ces féministes pensent-elles que la stupidité de l’oie blanche est un caractère inné de la féminité ? Ces groupuscules poursuivent donc l’idée que la femme est forcément manipulable et manipulée par la gente masculine. Eternelle victime, être vulvée serait ainsi accompagné d’une formidable capacité à subir et accepter le diktat masculin, pour des siècles et des siècles, amen.
Non, ce n’est pas tant l’homme que la société qui est visée en fait. La pilosité s’intègre dans les constructions sociales, Mr Poireau (le nom est bien senti, tiens). Les « post adolescentes 2013 » ont beau grandir dans un monde où quelques femmes siègent à l’Assemblée, il n’en reste pas moins qu’elles sont conditionnées dès le plus jeune âge, entre autres, à la traque de leur pilosité disgracieuse. On nous apprend à internaliser ce dégoût, qui n’en résulte ni plus ni moins à une modification corporelle. Ce n’est pas être stupide que de ne pas le voir, il se trouve que ça ne saute pas aux yeux. Le féminisme ne prône pas l’intelligence innée des femmes qui deviendraient des êtres supérieurs capables dès la naissance de comprendre TOUTES les constructions sociales qui les concernent. Le féminisme défend le libre arbitre et la non manipulation des corps et des esprits (et évidemment bien d’autres choses mais ce n’est pas le sujet ; si vous voulez une liste, faites une recherche.) Le corps lisse et imberbe de la femme a été démocratisé comme une norme, et l’on considère comme anormale une femme qui n’épile pas ses aisselles, ses jambes ou son pubis. Chez l’homme, on observera le phénomène inverse : sa pilosité sera valorisée, tandis que son absence de poils caractérisera aux yeux des autres un défaut de maturité ou de virilité.
Donc non, il n’est pas tellement question de « diktat masculin » – ne vous donnez pas tant d’importance Maître Zgeg, et séchez donc vos larmes – mais de diktat d’une société portée par des hommes. Ce qui suppose qu’au lieu de voir plein d’hommes imposer individuellement l’épilation, on subit l’omniprésence d’un principe général intégré et massivement relayé.
Tout au contraire, cette irruption de l’épilation intégrale est, à mes yeux, le signe dans le réel de la valorisation du rôle des femmes. L’apparition dans nos lits (je vous le souhaite) du résultat de toute une éducation consacrée non plus à la reproduction, mais à une sexualité comme partie prenante du bien-être individuel. Ainsi, effacer toute pilosité, est selon moi, au même titre que l’homme et son pénis parfaitement visible, vouloir afficher à la face du monde son sexe et son genre.
La moule imberbe est une revendication de genre, la fin d’un tabou du sexe caché. L’épilation intégrale devient l’affirmation du sexe physiquement féminin. Voici ma vulve, j’en suis fière, je la montre. Je ne la cache plus derrière un buisson pileux, j’en expose les détails, j’en dévoile la nature. L’épilation est une affirmation : j’ai une chatte et j’en suis fière. Tu veux la voir ?

Ah bah je veux bien, mais j’ai peur d’être déçue.

Ce dernier paragraphe est empreint d’une débilité telle que je ne sais même pas par où commencer.
Allez, la revendication de genre. La fâââââme qui se revendique en tant que fâââââme se doit donc de le faire en suivant des critères imposés par la société patriarcale et/ou les personnes qu’elles fréquenteront. Really ?
En ce qui me concerne, mon sentiment d’injustice face au diktat de l’imberbe ne date pas d’hier. Je l’ai toujours pris pour acquis : « tu es une femme donc tes poils sont disgracieux, on se moquera de toi si tu en arbores le moindre millimètre parce que c’est honteux, cache donc ce tout petit cheveu que je ne saurai voir, espèce de grosse dégueulasse.» J’extrapole volontairement quand je parle de pilosité, parce qu’on ne peut pas parler d’épilation pubienne et omettre de mentionner les autres zones quand ça nous arrange. Pas quand on essaye de raconter que ça n’a rien à voir avec la domination masculine ou le sexisme. Je suis brune, et une partie de ma famille est orientale, autant vous dire qu’on doit s’épiler souvent si on décide de se faire toute lisse. Mon choix de m’épiler ou non (oui, je varie, tantôt ours, tantôt lavabo) est en lien direct avec ce que la société m’impose et le shaming dont je pourrais être la cible. Quand je choisis de m’épiler, je le fais parce que je veux que ce soit joli, parce que j’ai appris que c’était ça, « le joli ». Parfois juste parce que je voudrais que ce soit doux si je sais qu’on on va me toucher les jambes (et plus si affinités, hinhin). Certainement pas parce que ça m’éclate de raquer quarante balles et de perdre une heure de mon temps, ni parce qu’à force j’aurais développé une passion fétichiste pour la cire brûlante et la douleur de l’arrachage.La conclusion de ces quelques lignes de réflexion de comptoir revient à dire que l’épilation intégrale, c’est la féminité assumée, brandie comme étendard de notre force, sans un seul poil au radar. Quelle surprise. Quelle subversion. Quelle grosse connerie. Merci de perpétuer le mythe de la liberté totale et de choix arbitraire au sujet de l’épilation. Merci de nous dire d’être fières de nos vulves et de bien les montrer (à qui, tiens ?). Merci enfin de garder vos fantasmes dans vos têtes.
C’est pas tous les jours que j’invoque la nature, mais là-dessus elle marque un point sur lequel je vous inviterai à réfléchir : si la puberté fait apparaître les poils des femmes en même temps que leurs seins et leurs hanches, en quoi peut-on établir que les uns sont incontestablement des atouts féminins et les autres une entrave ingrate à la féminité ?

Vous avez quatre heures.


Publicités

En attendant le (vrai) Printemps.

Je sais : mon dernier billet traitait déjà un peu du même sujet mais comme ça ne s’arrête pas (pire, ça continue de plus belle), pas de raison de ne pas réagir de nouveau. Je n’en ai pas pour longtemps, promis.
Donc je voudrais que nous nous posions quelques minutes, ensemble, calmement, et que nous réfléchissions à l’absurdité de ce nouveau titre de « printemps Français ». Bien.
Il y a quelques semaines, on voyait naître le site www.printempsfrancais.fr – Oui, moi aussi, j’ai cru à un gag. Mais pas. CHOC.

Comment peut-on SÉRIEUSEMENT oser comparer des révolutions pour la démocratie à une mascarade anti-égalité ? Qui est le génie qui a réussi à mettre en relation des révoltes ayant causé des dizaines de milliers de morts et quelques milliers de gus défilant tranquillou en t-shirt roses et bleus ?  Je t’entends, petit réac’, scander que « oui mais quand même, y’avait des CRS, on a pris des lacrymos, c’est pas sympa » – Non, c’est pas sympa, c’est vrai. Mais ce n’est pas nouveau non plus. Ça arrive même régulièrement en manifestation, surtout quand on s’accompagne de membres du GUD et autres gentils fafounets. Si tu avais déjà été manifester pour autre chose que l’interdiction aux autres d’avoir les mêmes droits que toi, tu le saurais. Allez tiens, une petite astuce d’un de tes camarades pour la prochaine, qui s’avèrera sûrement d’une efficacité redoutable et que je vous encourage tous à essayer, c’est cadeau :

via @a___k

via @a___k

Mais ne nous égarons pas telles les brebis de Dieu (ou de Joseph ? Je ne sais plus lequel était berger, c’était y’a longtemps le catéchisme et en plus ça n’avait déjà aucun sens).

 

Y a-t-il un psychiatre dans la salle ?

Y a-t-il un psychiatre dans la salle ?

On a devant nous un groupe de gens qui s’imaginent vraiment révolutionnaires, alors qu’ils cherchent à ancrer plus profondément encore des valeurs archaïques d’un patriarcat primaire. Le plus dur dans tout ça, c’est qu’ils ne s’en rendent même pas compte, pour la plupart, et ne comprennent pas. Ils y croient pour de vrai ; preuve en est qu’au moment où je vous parle, une poignée de guignols joue à la dînette et au SDF sur les pelouses du Luxembourg. Si, si.

Tout est prétexte à la surenchère des comparaisons les plus absurdes. Quand ce n’est pas Boutin qui fait des parallèles ubuesques (entre deux piqûres de calmant), c’est Guaino qui parle carrément de « réforme de la civilisation » (rien que ça ; on vous rappelle quand même que les Belges, les Canadiens, les Espagnols et les autres civilisations réformées vont bien, d’après elles-mêmes). On pourrait me dire que c’est un concours de blagues, je te jure que j’y croirai. 

 

via @Silver

via @Silver

Outre la démesure du terme de « printemps français », je suis principalement choquée par le peu de respect accordé aux Printemps Arabes, qui ont vraisemblablement volé au-dessus des têtes des antis-égalité. J’ai suivi les tweets depuis la Place Tahrir. J’ai suivi des mouvements au Soudan. J’ai lu, vu, entendu des témoignages de combattants, de jeunes qui y ont perdu des amis ou des frères. Je m’informe encore sur la Syrie, quand vous préférez vous concentrer sur le juge Gentil. Et j’ai beau chercher, je ne vois pas un seul point de rapport entre les deux mouvements. Si quelqu’un a une vraie explication à me donner, et pas une connerie dans la trempe de « ouaaais mais c’est un symboooole, tu comprends rien parce que t’es de gauche », je veux bien qu’il me le laisse en commentaires.


Parce que de là où je vous regarde, je peux vous assurer que je ne vois pas une révolution, je ne vois qu’une bande de demeurés en œillères. 

Se connecter, c’est tromper ?

Je ne porte pas une attention permanente à tout ce qui m’entoure.

Si tu m’as déjà vue fouler les pavés parisiens, tu sais que je sors rarement sans mes lunettes noires, ni le casque qui me permettra de caler mes pas au rythme de mon kif musical du moment (et si je trace, c’est que j’écoute Carbon Kevlar), tout en ignorant les élucubrations et râles de mes voisins de métro.
Je ne lève pas souvent le nez, ça me permet de compter les ronds de chewing-gums écrasés, ou de scruter les chaussures de mes congénères selon l’humeur. Tu imagines bien que j’ai bondi hors des miennes en relevant le museau pour tomber nez à nez avec non pas UN 4×3, mais un quai ENTIER placardé de cette affiche : 
Mes ex camarades de l’ISCOM ne manqueront certainement pas l’occasion de me tomber dessus pour me signifier que « hanlala mais t’es à la masse ou quoi ? C’est déjà la quatrième vague, pff, faut suivre ! » – Oui, ben j’y suis plus, moi, dans la pub, je ne lis plus Challenges et Stratégies, et je ne suis pas au fait des dernières agences hyper tendance, ZUT.
 

Ce qui m’a instantanément sauté aux yeux, c’est l’incohérence de leur axe de communication. 

À la lecture de l’accroche, j’ai d’abord cru à un genre de site de surveillance conjugale (cela dit, le WTF occasionné m’a poussée à m’intéresser de plus près à l’annonce – pari réussi ?). Puis j’ai lu le contenu de la pastille – futée, je respecte le sens de lecture, eh ouais – et me voilà les yeux écarquillés sur un quai de métro, à décrypter tant bien que mal ce machin rose dont j’espère que le graphiste était un stagiaire de première année. 
Donc ok, admettons que l’accroche et la pastille soient cohérentes. Quel est le message ? « Il est 18h, tu crois que ta femme est en réunion mais cette foutue garce est sûrement en train de se faire troncher par l’autre couillon de la compta qui lui tourne autour depuis 6 mois, certainement grâce à / à cause de ce site. » … ? Et donc … quoi ? Il faut vite se venger en s’inscrivant à son tour sur Ashley Madison point com… ? Mais…je…. hein ?!

Soit cette annonce est complètement foirée, soit je n’ai rien compris. 

Partons du principe que je n’ai rien compris. Imaginons que cela vienne simplement du fait que je ne fasse pas partie de la cible. Du tout, même : non seulement je ne suis pas mariée, mais en plus je suis fidèle. (QUI A DIT « Fidèle à ton célibat… » ??) 
Au-delà de l’aspect « piste mal exploitée », et sans même analyser le fait que l’on pointe (encore) la femme du doigt dans cette annonce et que merde-à-la-fin, il y a tout ce côté « Tromper c’est trop gégé, assumez ! – Viendez baiser sur les internets c’est trop chouette ! » qui me fait grimacer.

Je ne me leurre pas, je sais bien que derrière toute offre se cache une demande, et que les Ashley Madison de ce monde ne font que surfer sur une tendance sociétale. Seulement j’ai toujours trouvé un peu nul d’aller se taper une personne mariée et je condamne vivement la tromperie, surtout avec préméditation. De toute évidence, les gens mariés n’ont pas attendu Ashley Madison ou Gleeden pour tromper leur conjoint par le biais d’une rencontre online, seulement de là à l’afficher publiquement et avec les encouragements du jury ? 

 

Je te vois avec ton sourire un peu réprobateur, à me prendre pour une réac’ qui ne comprend rien à la modernité dans le couple. Tu te trompes. Je respecte tout à fait la polyamorie, le libertinage ou l’échangisme, chacun gère son couple comme il l’entend. Ce qui me froisse, moi, ce sont les manigances et les mensonges. Les modes de vie que je viens d’énoncer se vivent et s’acceptent à deux (et plus si affinités, du coup) – si tu approuves le fait que ton mec ou ta meuf aille voir ailleurs sous certaines conditions (ou aucune, après tout hein !), ça ne regarde que vous. Si en revanche ton conjoint te promet exclusivité et orgasmes pour aller les refiler à une autre dès que tu as le dos tourné, selon moi, ça le fait carrément moins.

En fait, ce qui me fait vraiment chier dans ce concept de rencontres, c’est le fait d’aller chercher l’aventure délibérément. Qui plus est avec quelqu’un d’également marié. À une époque où, si ton mariage ne te satisfait pas, tu as le droit de t’en défaire. 

 

Je suis relativement convaincue de l’impossibilité de ne vivre et de ne coucher qu’avec une seule et même personne toute sa vie.  

Je pense qu’à n’importe quel moment, on peut faire une rencontre qui nous fera vibrer et que ni moi, avec mes grands principes, ni personne n’en est à l’abri. Ne va pas croire que ça me réjouisse, je suis simplement réaliste. 

Mais entre gérer une rencontre qui fera basculer une relation, et se connecter discrètement à un site pour aller dénicher un nouvel organe sexuel avec lequel faire joujou, la nuance est claire. Le premier cas implique une bonne gestion dans l’instant, on n’est pas obligé de mener une double vie, tout le monde peut avoir un moment de faiblesse. Le second, en revanche, dénote un fond nettement plus sournois et moche : réorganiser sa vie dans le but unique et délibéré de tromper la confiance de son mari ou de sa femme pour se prouver je ne sais trop quoi. 

En réfléchissant à la question de savoir quel intérêt les gens mariés pouvaient bien avoir à chercher ce type de relation, la seule explication qui m’est venue tend vers l’aspect « discrétion ». Quoi de mieux pour ne pas se faire griller qu’un(e) partenaire dans le même cas de figure ? Quel(le) amant(e) sera plus à même de rester à distance et de ne pas virer psycho-bitch qu’une personne qui a autant à perdre que soi ? Raisonnement distingué.

À l’heure où certains prônent un modèle familial absolu en rabâchant des doctrines soit disant idéales, je trouve tout même particulièrement hypocrite de voir ce genre de communication encourageant l’adultère (bien hétérosexuel, pour le coup) placardées partout, tranquilles.
Certainement un nouveau coup des lobbys èlgébété.