Adopte un gant démaquillant

Allez, c’est l’été, parlons de choses un peu plus légères. Je passe en mode blog-beauté-écolo le temps de vous parler d’un machin qui, sans révolutionner mon quotidien, m’a proposé des améliorations suffisamment notables pour que je veuille vous en parler.

Gants démaquillants Fibao

Gants démaquillants Fibao

Le gant démaquillant donc, comme son nom l’indique astucieusement, est un gant qui démaquille. Ce qui en fait un incontournable selon moi, c’est qu’il ne nécessite aucun produit démaquillant et qu’il est réutilisable à l’infini ! Il suffit de le nettoyer au savon après utilisation et de le passer à la machine une fois de temps en temps. Personnellement je me maquille peu en dehors des spectacles et le savon le nettoie très bien, donc il va a la machine quand j’en fais une et que j’y pense, mais vous faites comme vous le sentez. Si vous portez beaucoup de couches de maquillage, ou bien des produits waterproof ou à base d’alcool, la méthode de démaquillage la plus efficace avec ce gant sera de poser le gant mouillé d’une eau très chaude (aussi chaude que vous pouvez supporter, mais ne vous ébouillantez pas non plus) sur les zones maquillées et de laisser la chaleur agir quelques secondes avant de commencer à frotter. Il faudra plusieurs passages, comme avec un coton imbibé de produit, mais vous n’aurez pas de couche grasse ensuite ni de produit qui pique dans les yeux.

Il existe en plusieurs matières – j’ai d’abord testé celui de Paris Berlin, un petit format pas très doux mais très efficace, que l’on peut aussi trouver dans certaines parapharmacies (compter 6 – 7 € environ). Et puis un jour j’ai cru le perdre (en fait il était caché dans le tiroir des chaussettes), donc je m’en suis procuré un nouveau sur le site Fibao qui m’a beaucoup mieux convenu : le site permet de choisir une taille, j’ai donc commandé un M qui englobe toute ma main (environ la même taille qu’un gant de toilette classique). Il est composé de deux faces ; celle qui démaquille parfaitement sans aucun ajout de produit, c’est la blanche. De toutes façons si vous avez un doute, essayez les deux faces et vous verrez vite la différence. L’autre face en fibre de bambou fait vraiment office de coton, vous pouvez y mettre vos produits et l’utiliser comme un coton – moi je ne m’en sers pas, mais à votre aise.
De plus, le fait de nettoyer son visage au gant et à l’eau fait aussi office de gommage doux régulier, donc on peut aussi supprimer d’autres types de produits de sa routine démaquillage (ou au moins d’en réduire considérablement la consommation).

Bref voilà, à l’instar de la mooncup, on a ici un produit très peu promu qui présente des avantages économiques et écologiques. Et si la mooncup peut poser des soucis à certaines personnes, je cherche encore les inconvénients du gant ; Ça fait deux ans et demi que je n’ai plus acheté de produits démaquillants ; c’est encore ça de moins dans mon budget, dans mes poubelles et sur ma peau, et franchement y’a pas de petites économies. Et, si vous voulez quand même continuer à utiliser un produit pour une raison x ou y mais que l’alternative au coton jetable vous parle, vous pouvez toujours vous tourner vers les carrés de fibre de bambou ;)

Princess of North Sudan [BSonblast #6]

Blog #45

“Over the winter, Emily and I were playing, and she has a fixation on princesses. She asked me, in all seriousness, if she’d be a real princess someday,” Mr Heaton said. “And I said she would.”

Last year, the story broke about a doting father who, for his daughter’s birthday, made her wish to become a « real life princess » come true – by scouring the earth for an « unclaimed » spot that he could gift his daughter. Luckily for him (and his princess), he found a piece of land called Bir Tawil on the border between Sudan and Egypt, planted a flag he made special for the occasion, and dubbed it: the Kingdom of North Sudan.

*everyone awws*

Well, not everyone. In the actual North Sudan, we were confused. Is this real? Did The Telegraph miss the satire in the newest Onion post? Trepidation ensued. But after Newsweek and Time ran…

View original post 1 051 mots de plus

Beautés noires : La femme noire et le white gaze

Lecture intéressante et importante.

Mrs. Roots

[Trigger Warning/Avertissement : agressions sexuelles, violence, spoile]

Si vous suivez How to get away with murder, vous n’avez pas manqué la scène marquante où l’héroïne se démaquille et se dévêtit de tous ces apparâts pour se révéler à elle-même dans son miroir. Cette scène a énormément tourné sur les réseaux sociaux entre les femmes noires. Mais pourquoi ? En quoi la mise à nu d’une femme noire devant son miroir, ôtant sa perruque, est-ce significatif ?

La beauté noire a toujours été synonyme d’une laideur imposée, à l’opposée des modèles de beauté blancs véhiculés en Occident. Cette condamnation d’une beauté noire qui serait forcément laide, autre, est bien sûr l’une des productions d’un système raciste, notamment dans la représentation coloriste des diasporas noires : une femme métisse sera toujours plus mise en avant, plus acceptable selon les critères de beauté en vigueur, qu’une femme noire à la peau foncée. J’avais…

View original post 1 491 mots de plus